Non-aristotélicien

 

Dans notre article sur Aristote, nous avons évoqué les principaux traits de la logique aristotélicienne et montré à quoi ressemblerait une logique non-aristotélicienne. Le monde du non-A comme le dit l’écrivain de science fiction Van Vogt.

 

Il est clair que l’analyse relationnelle, dans sa volonté de considérer que tout est mouvant, que le verbe ETRE est une des sources principales des maux de notre société, est résolument non-A.

 

La logique non-aristotélicienne s’opposera donc à la logique aristotélicienne, elle en sera un élargissement considérable. Voici le tableau de base comparant ces deux types de logiques :

 

La logique de la Carte
et celle du Territoire

1. A est A ou principe d’identité

2. A n’est pas non-A ou principe de contradiction

3. Il n’y a pas de milieu ou de tiers entre A et Non-A, c’est le principe du tiers exclu

 

Logique non-A

1. Le nombre de caractéristiques est quasiment infini, c’est le principe de complexité (A peut être une multitude choses différentes)

 

2. Un événement change constamment. A peut être aussi non-A, c’est le principe de fluidité

 

3. Il n’y a pas deux évènement identiques, c’est le principe de non-identité.